VIENNE


1614    Ranton  86200      Le parrain avait il distribué des dragées ?

Le 2ème jour de février 1614 a été baptisée la petite cloche de Saint Martin de Ranton et a été nommée Marie par françois Macé, Sieur des Gruches, Parrain dicelle et par Jeanne Bastard fille deSimon Bastard et Mathurine Prieur, en présence de Philippe Queniot et de Raphaël Hardoin et Martin Guérin et de Jacques Charbonneau et autres plusieurs de la paroisse et était pour lors au siège apostolique le Pape Paul cinquième, et était Roi de France Louis XIIIème, et était Seigneur fondateur de ce lieu Louis Tourpin Seigneur de Cherzay, fils de défunt Charles Tourpin Comte de Crissé.

Le bon froment valait huit livres, le septier et la pinte de vin, vingt et cinq livres, la dite cloche a été baptisée par moi soussigné recteur de ce lieu, le jour et an que ci dessus .
Rogeron, Prètre.


Source: Registres paroissiaux.

Texte déposé par Serge Dutour.
Lui écrire





1703    Andillé  86      "tombé du noyer...."

" Le (??) jour vingt un septembre 1703 fut aussy inhumé au susdit cimetière d'Andillé le cors de feu Jean Saurau laboureur décédé du iour précédant à Chaume Longe après s'être confessé et expira quelques jours après être tombé du noyer le plus proche de ladite maison et se rompit le col".

Source: Registre paroissial
Texte déposé par Gilles Drapier
Lui écrire





1709    Montreuil-Bonnin  86470      "...des misères qui feront trembler les siècles avenir."

Depuis plus de cinquante ans on n'avait pas vu une si terrible gelée que cette année 1709 qui commença le jour des roys, qui a endommagé les fruits de la terre, qui dura longtemps, qui a fait presque mourir tous les noyers, qui faisait fendre les arbres, mourir les oyseaux, geler les bleds de froments et les autres bleds d'hiver, il n'y eut que les bleds d'été sauvés, baillarge et avoine, toutes les denrées enchérirent à un prix once l'année suivante, il y eut bien des misères qui feront trembler les siècles avenir. Cette gelée dura plus d'un mois, et ce qui fit un grand tort ce fut un petit dégel, un autre gel le lendemain, toute la nature en fut étonnée, le bled de froment, mesure de Montreuil, valut 4 et 5, la pipe d'érain cent une livres. Les vignes se sont remises et beaucoup d'autres choses, mais pour les noyers on sera 100 ans a réparer cette perte, il y eut des maladies chroniques tant cette année que la suivante, et il y en eut qui moururent de faim, Dieu nous préserve d'une semblable misère à l'avenir.

Source: note du curé trouvée dans les B.M.S pour l'année 1709.
Texte déposé par Alain Durand
Lui écrire





1711    Ranton  86200      Tremblement de terre .

Au commencement du mois d'octobre de la présente année il est arrivé de très grands tremblements de terre, qui ont jetté à terre quantité d'édifices, et surtout touttes les cheminés




1711    Ranton  86200      une grande tempète de vent qui a duré toutte la nuit

Le jeudy dix décembre, il est arrivé une grande tempète de vent qui a duré toutte la nuit du 9 au 10, le fort de l'orage étoit le jeudy sur les 8 heures du matin, qu'il a jetté à terre une très grande quantité de maisons, et clocher, et nommément celui des messieurs de St Laon de Thouars, de Mouterre, l'église de Monbrun et bien d'autres aux environs de Ranton

Source: BMS
Texte déposé par André et Michelle Lapeyre.
Leur écrire





1718    Verrue  86420      "un vent impétueux...qui a...rompu quantité d’arbres."

Le quinzième jour d’avril de cette année mil sept cent dix huit jour de vendredi saint il a fait sur les dix et onze heures du matin un orage et un vent impétueux, mêlé de grêle qui a beaucoup endommagé les hauts édifices abbattu et rompu quantité d’arbres.

Source: BSM 1716-1735- vue 17
Texte déposé par Françoise Ferbeuf.
Leur écrire





1723    Verrue  86420      En avril, ne te découvre pas d'un fil !!!

On ne se souvient pas d'avoir veu une semaine sainte le temps si doux et si chaud particulièrement le samedi Saint le jour de pâques arrivé cette année le 28 mars qu'il a fait chaud comme à la saint Jean et que les arbres fruitiers ayant été si avancé comme sont autre choses ;

Le 18 de ce mois d’avril qui était un dimanche il a gelé à glace et le jeudi suivant 22 ce qui a beaucoup endommagé les vignes en plusieurs lieux parce qu’elles étaient fort avancée cause de la douceur du mois de mars.

Source: BSM 1716/1735 vue 43( année 1723)
Texte déposé par Françoise Ferbeuf.
Leur écrire





1723    Verrue  86420      "le vent a été tempétueux et terrible ...a endommagé en plusieurs lieux la couverture des églises et maisons"

Le trentième de janvier 1724 depuis huit jours il a fait des orages continuels mêlés de pluye et de tonnerre particulièrement aujourd’hui entre dix et onze heures pendant la messe l’air beaucoup chargé il a fait 2 ou 3 coups de tonnerre avec éclair et gresle le vent a été tempétueux et terrible la nuit du vingt huit au vingt neuf qui a endommagé en plusieurs lieux la couverture des églises et maisons et a jeté à bas la pointe du clocher du Bouchet ;

Source: BSM 1716/1735 vue 46
Texte déposé par Françoise Ferbeuf.
Leur écrire





1723-1724    Verrue  86420      Quand il y a trop de fêtes et plus personne à la messe...

Copie de la requête présentée à Monseigneur l’illustrissime et révérendissime Evêque de Poitiers au sujet de la fête de la translation de Saint Hilaire Patron de cette Paroisse.
Suppliant humblement votre grandeur les sieurs curés et paroissiens soussignés de la paroisse de Verrue dans l’archiprêtre de Mirebeau et lui remontrent l’inconvénient et l’abus qui se commettent tous les ans le jour de la Translation de St Hilaire Patron de la paroisse de Verrue. C’est que la pluspart des paroissiens travaillant ce jour là impunément malgré la déffence qu’on leur en fait ; et cela vient à cause de l’occurrence de plusieurs fêtes dans une même semaine ; car la translation de St Hilaire arrive toujours le vingt six juin, entre les fêtes de la St Jean et de St pierre ; de sorte qu’il est des années, que la Saint Jean arrivant le lundi et la St Pierre le samedi suivant il se trouve que dans les huit jours il y en a cinq de fêtes, ce qui éloigne et suspend beaucoup dans cette paroisse les travaux tant de fenaisons que des métines surtout cette année qu’elles ont été si avancées. Ce qui fait encore que cette fête est mal observée, c’est que plusieurs particuliers des paroisses voisines ayant des foins et des bleds dans cellecy viennent les amasser sans faire attention à cette fête locale, et ceux de cette paroisse qui en ont ??? Et dans le même canton vont aussi couper leurs bleds crainte des dégâts, ce qui engagent pareillement les Fermiers des dismes d’y aller recueillir leurs gerbes, même avec des charettes. On ajoute que ce jour là il se vient une fameuse foire dans le voisinage à Mont sur Gaine ou va la plus grande partie des habitants de cette paroisse, se qui perdent la messe. Toutes ces raisons pesées et considérées il vous plaise monseigneur pour …..ces inconvénients et empêcher la profanassion de cette fête dans cette paroisse pour le mieux. Fait à Verrue dans son presbitaire le vingt troisième jour du mois d’aout mil sept cent vingt trois.
Bouchet de Verrue, de Marsey Bouchet André, A Gaucher notaire, N.Martineau


Source: BSM 1716/1735 vue 48



Copie de l’ordonnance de Monseigneur l’Evêque de Poitiers sur la requête de l’autre part.

Nous Evêque de Poitiers vue la présente requête et voulant autant que possible qu’il nous est en nous procurer la gloire de Dieu eu égard à l’exposé, et pour remédier aux inconvénients et à la profanation qu’on fait de la fête de la translation de Saint Hilaire patron de la paroisse de Verrue en notre diocèse. Ordonnons qu’à l’avenir ladite fête de la translation de St Hilaire qui arrive le vingt six juin sera transférée pour le peuple de la paroisse de Verrue seulement au dimanche suivant lorsqu’il ne sera pas empesché pour la fête de St Pierre, auquel cas on avancera la fête de la translation au dimanche précédent. Enjoignons au sieur Curé de Verrue d’annoncer au prône de la messe paroissiale toujours huit jours au paravant le jour qu’arrivera la fête du patron et le dimanche auquel elle sera transférée. Donné à Poitiers dans notre palais Episcopal le cinquième jour de juin mil sept cent vingt quatre ;
Jean-Claude Evêque de Poitiers par Monseigneur Bruman


Source: BSM 1716/1735 Vue 49 réponse
Texte déposé par Françoise Ferbeuf.
Leur écrire




1751    Montmorillon  86500      "Que dieu apaise sa colère et daigne nous accorder des heures plus heureuses"

Cette année 1751 a été très funeste et tout a concouru à la rendre malheureuse et le souverain maître de l'Univers a pris la terrible mais juste vengeance de nos impiétés

Premièrement une maladie épidémique a laquelle la science humaine n'a pas de remèdes a enlevé pour ainsi dire tous les boeufé la terre n'a produit ni vin ni blé a cause des pluies continuelles . Que dieu apaise sa colère et daigne nous accorder des heures plus heureuses.

R J Vrigneau Vicaire


Source: Etat civil de 1751 Montmorillon en page finale
Texte déposé par Michel Tabuteau
Lui écrire





1757    Mauprévoir  86460      Réparation publique faitte au St Sacrement.

paroisse de SAINT IMPERE de MAUPREVOIR

le
24 avril 1757 a été faitte dans l'eglise de cette
paroisse par françois de lousmare de la paroisse d'usson la
réparation du scandale qu'il avait causé le douze du
meme mois dans laditte église en vomissant pendant la Sainte
Messe autems de la consécration du vin pour en avoir trop bu
et laditte réparation a constité à tenir pendant
la messe d'aujourd'hui un cierge allumé a la main a genoux
devant l'hotel de Saint Impere a la vue et connaissance de tous les
habitants de cette paroisse dont les principaux ont ete prié
de signer le present acte et ....obligé jean de lousmare pere
dudit françois de lousmare de donner une livre de cire en
cierge pour bruler devant le St Sacrement


BERNARD
deffervant de mauprevoir

Source: Archives de la vienne BMS de Mauprévoir.
Texte déposé par François Peyrichou.
Lui écrire





1767    Angliers  86330      

A  Angliers (86), le curé Roulet écrivait à la fin du registre de 1767 :

"Cette année 1767 a été stérile en toutes sortes de fruits hauts, en vin, lequel a eu peu de qualité, en foin, et on n'a pas même fait faucher la majeure partie des prés, et la sécheresse a été si grande, et si universelle, que les eaux ont presque toutes taries, jusqu'à celles même des puits, mais elle a été passable pour les blés."

Texte extrait du registre BMS.
Texte déposé par André et Michelle Lapeyre .
Leur écrire


1768    Angliers  86330      

Autre remarque du même (la proximité de la patrie de Théophraste Renaudot doit lui faire confondre registre paroissial et Gazette) :

"Le premier de l'an 1768, dixième jour d'un froid violent et de gelées excessives, sur les quatre heures et demie du soir le froid cessa un peu, et sur les cinq heures et demie aussi du soir, il fit tout à coup plusieurs éclairs suivis de plusieurs coups de tonnerre et une abondance d'eau pendant plusieurs heures, et ensuite il a fait jusqu'au lendemain des rois, une gelée si rude, accompagnée d'un vent si subtil et si froid, que l'on avait bien de la peine à paraître dehors, et le sept, lendemain des rois, il a fait un givre, et un verglas si grand, qu'on ne pouvait presque pas se tenir debout."

Texte extrait du registre BMS.
Texte déposé par André et Michelle Lapeyre .
Leur écrire





1769    Marnay  86160      

Evènements remarquables en la présente année 1769.

La moisson étant ouverte, les orges et seigles coupés et liés en javelles, une grêle monstrueuse les battis entierrement par les champs. Il n'en resta pas la cinquième partie dans les épies, la paille en devient hors d'usage et la terre était entierrement couverte de grains. Le premier accident qui commensa par Boismorin (Bois Morin proche de Gençay) prit son arondissement du coté de Férabeuf et couvrit avec la même égalité de domage toute cette partie de la paroisse jusqua maydele et causa un domage considérable au froment qui commensait à murir.
quinze jours après, le même incident reprit depuis aud. Bertières (un lieu dit les Rebertières), Maydele le pin, et battit en ruine toute la moisson, hacha les pailles que l'eau renferma dans la terre avec les grains dans tous les champs de cette autre partie de la paroisse jusqua Veigne. La récolte de cette année qui semblait devoir être assé abondante réduisit au sixième de ce quelle promettait avant d'avoir essuyé cette grêle; il ny eut d'éxeption dans un malheur si général, et cepandant particulier à cette paroisse, que pour le bourg, et les meteries circonvoisines du dit lieu. Visitte fut ordonnée et faite par le président en l'élection de Poitiers qui constata la perte et la vérifia ainsy qu'on l'a rapporté; Les besoins de l'état firent qu'on n'eut point égard à la diminution sur les tailles dont la demande était des plus conséqentes.

La veille de la N.D de ?ose il tomba une si grande quantité d'eau que la Clouère parvient à trois pieds d'hauteur dans le moulin de Puyfolet avec l'aide de près de vingt ..... de foin qui bouchèrent toutes les arcades de la levée qui en tomba en ruine en plusieurs endroits; le meunier malade, inextremis fut tiré de son lit ou il prenait les bains sans nécéssité pour le rétablissement de sa santé et sans ordonnance de médecin et c'est en quoy il a trouvé moins de facilité à guérir que dans la bonté de son temperament

Le 7 9bre Renée CHATAIGNES, épouse de Jean Courat, métayer de Puyfolet se plaça pour effeuiller un hormeau, sur la pointe d'un rocher touchant au commensement du cotteau de la cure visavis le petit fossé qui communique à la rivière; une branche de l'arbre l'entraina. Elle se fendit la tête, elle mourut sur la place, elle ne fut trouvée dans les... que le lendemain.

Au mois de 9bre dernier les eaux montèrent encore d'un pied sur le pont, il y a plus de trente ans qu'on ne s'ettait apperçu de semblable débordements.

Texte extrait du registre BMS.
Texte déposé par Claude Rouet.
Lui écrire




1770    Ranton  86200      Inflation et abondance !!! allez comprendre ???

Nota.

Cette année 1770 au mois de juillet la fourniture de froment se vendait huit cents livres, la baillarge quatre cents et la pipe de vin cent livres. à la veille d'une abondante récolte. Dans les années de famine comme 1709, 29, 39, 51, on ne l'avait jamais vu si cher.

Source: Nota du Chanoine Prieur Curé de Saint Martin de Ranton sur les registres paroissiaux.

Texte déposé par Serge Dutour.
Lui écrire




1774    Montmorillon  86500      "service solennel pour le repos de l'âme de feu notre Roy Louis Qinze"

Aujourd'hui le 30 may 1774 a été célébré dans cette église un service solennel pour le repos de l'âme de feu notre Roy Louis Qinze le bien aimé le mort(?) de dix du présent mois é et ces Messieurs les Officiers du Siège Royal de cette ville qui l'ont fait faire et y ont invité tous les corps qui y ont assistésé il y avait un Clergé fort nombreux et Grande détente.

Source: Paroisse St Martial de Montmorillon

Texte déposé par Michel Tabuteau
Lui écrire




1791    Montmorillon  86500      Te Deum et feu de joie pour l'arrestation de Louis XVI.

Le 22 éme août 1791 a été chanté un Te Deum en l'église de cette paroisse . La demande de Messieurs le Officiers Municipaux qui après avoir conféré avec l'assemblée primaire se tenant en l'oratoire des cy devant ( ? ) de cette même ville pour la nomination des électeurs sous la présence du Sieur Silvain de Brimard qui avec les dits sieurs officiers municipaux ont dit et regardé comme important qu'en effet le Te Deum devait être chanté pour remercier Dieu de l'arrestation de notre auguste Roy et après lequel Te Deum chanté on irait tous en procession ... La place d'armes... Allumer un feu de joye dressé ... Cette égard qui a été allumé par le Sieur Curé de cette paroisse et Monsieur le maire et Monsieur le Président du District et Monsieur le Président du Tribunal après quoi on a retourné dans le même ordre ... l'église . A la quelle cérémonie ont assisté tous les corps tant ecclisiastique que laïcs et la Garde Nationale sous les armes a été pareillement. Fait ... Nuit tombante illumination Générale....
Claude de la Filloniere


Source: Et sur le 9/E/195/5/

Texte déposé par Michel Tabuteau
Lui écrire




1809    Vivonne  86370      Un bœuf renverse un centenaire.

Vivonne, près de Poitiers (Vienne) – Le 7 de ce mois (septembre 1809), le sieur Antoine FREJAND, dit « Gervais », propriétaire, est mort à Vivonne, à l’âge de 109 ans.
Ce vieillard, exempt de toute infirmité, avait l’habitude de faire à pied deux à trois lieues par jour. Heurté et renversé par un bœuf, il a été victime de ce singulier et malheureux accident.

Texte déposé par Jean-Pierre BERNARD.
Sources : Annales Périodiques de la ville d’Orléans – 6ème année – n°604 – samedi 14 octobre 1809, p.270.

Lui écrire





1862    Ranton  86200      Messes basses à perpétuité au prix de l'herbe !!!

L'an mil huit cent soixante deux, le vingt six janvier, nous les membres composant le Conseil de la Fabrique* de la commune de Ranton, canton des Trois Moutiers, département de la Vienne, réunis au lieu de ses séances ordinaires sur la convocation de Monsieur le Président du dit Conseil, en vertu des ordres qui lui ont été transmis par Monsieur le Sous Préfet en date du 15 courant par lesquels il nous autorise à nous réunir à l'effet de délibérer relativement à une donation faite par Madame la Comtesse Contades**, d'une chapelle appelée Saint Léonard située en notre commune.
La Donatrice ne fait ce don à la commune qu'à la condition que le Conseil assurerait deux messes basses chaque année et à perpétuité pour la famille de Contades* en reconnaissance de ses bienfaits.
Le Conseil de Fabrique* à l'unanimité a décidé que les fonds nécessaires à la fondation de ces deux messes ainsi que pour ceux nécessaires à l'administration de la dite chapelle seront prélevés sur le revenu de l'herbe du cimetière, et avons signé la présente délibération les jours, mois et ans que ci dessus.

* Le "Conseil de Fabrique" était composé du Conseil municipal assisté du Curé et de Notables de la commune.
** Contades (où Contader)


Source: Registre des délibérations du Conseil municipal.
Texte déposé par Serge Dutour.
Lui écrire




1880    Lencloitre et Vendeuvre  86      une boule de feu a paru dans le ciel.

"Mardi dernier, vers 8h du soir, une boule de feu d'une teinte bleuâtre a paru dans le ciel entre Lencloitre et Vendeuvre. Ce globe avait une très grande vitesse et laissait sur son passage une longue trainée de flamme et d'étincelle. Au moment où il a disparu, on a entendu une très forte explosion semblable à un coup de tonnerre."

Texte déposé par Pascal Thébeaud.
D'après REVUE DE L'OUEST du 12/10/1880
Lui écrire


Sommaire      Autre département

Pour déposer vos Textes


© 01/07/1999 - MARCHAL Jacques
Faites-moi plaisir, copiez, copiez autant que vous le souhaitez, ce site est fait pour ça, pour que chacun vienne y puiser ce qui redonnera vie à ses ancêtres, juste une chose cependant, remerciez la personne qui a déposé le document.