PUY DE DÔME





1656 - 1667     Lezoux  63190      Les écrits de Taurin LAMBERT, curé de la paroisse de Saint Pierre.

1656


« Porté aux fons baptismals par nicolas charpantier »

Le 11 decembre a este baptise pierre vest fils a benoid et a Jehanne cavine son parrain honette Garson pierre desferioles fils a m desferriolles Tresorier General de France et porte aux fons baptismals par nicolas charpantier sa maraine nobles marie de monrognon fille a m de Crottes et a sa place Jehanne lucheras ne le mesme Jour


1657


Mise à jour du registre

[Janvier 1657] Les presans baptesmes qui suivent furent fait durant le temps que Je demeura a sainct ferreoles dans le seminaire Lespace de 20 Jours


1658


« Il avait communié à Pasques »

este decede pierre dufresse Lequel sest noye dans un estant a orleat avec permission de monseigneur Levesque Lequel a dit que depuis quil avait communie a pasques cela alloit bien et permis de L'entere a sainct Jehan


1659


Fondation d’une vicairie

est decedee Jehanne Vosi Le 26 mars 1659 qui a fonde une vicairie a lhospital dune messe Tous les lundis de chaque semmaine a cinq heures et a donne La somme de sese Livres pour dire les messes fondee sur un pre situe en allant a sainct martin et si la messe ne se dit pas que largent soit conffisque donne aux pauvres a lissue de la messe Requiescat In pace 1659

T Lambert


« Grande Gelée »

Juin 1659
Le 23 avril Jour de sainct George il fit une Grande Gelee qui gasta tous les noyers et les vignes et les bles
Le Jour aussi de sainct Robert le 24 avril
Le Jour de sainct marc fit plus de mal que non pas le Jour de sainct George aux vignes et au noyers , dieu nous preserve de pis

« Grelle et Tempeste »

Le 6 juin a lentour heure de 6 heures du soir tomba La Grelle et Tempeste en plusieurs paroisses au grand dommage des biens de la terre 1659

« Il fit une Grande Tempeste »

Le cinquiesme juin 1659 entour huit heures du soir il fit une Grande Tempeste qui fit beaucoup de mal du coste de brio ornon et orleat / aussi le 11 Juin il fit de Grelle du coste de Ambert et de Mozun 1659


1660


« Les froments se trouvèrent tous brullés »

Lannee 1660 environ le moix de Juliet Les froments se Trouverent Tous brulles de la challeur ou pluye chaude


1661


« Un misérable scélérat »

Le 23 decembre 1661 Le Jubilé estoit pour la Guerre des Turs contre la Chrestiente un miserable scelerat emporta Le Sainct sacrement du ciboire Le 23 decembre 1661

T Lambert Curé


Messires de la mission ont prêché le Carême.

Messires de la mission a scavoir venerables personnes messires Jaques Planat desnuiy messire le Curé de sainct Gernasi et autres troiy ont presche Le caresme et fait le catechisme et loraison mentale durant sont caresme avec un Grand fruict , ont confesse plusieurs personnes dans lesglise de nostre dame et a sainct Pierre 1661 monsieur Pellisier a presché le caresme.

Un nouveau Seigneur pour la ville de Lezoux

Le sixiesme Jour du moix d'octobre 1661 noble Jehan de Rybeyre sieur de fontenilles sechalle et Lint- et le pont astie a pris possession de la Ville de Lezoux sa maieste ayant fait eschange avec qune maison appartenant a monsieur Tu……? auppres du louvre et a pris possession de la ville de lezous et a assiste a la messe de paroisse Le 9 octobre

Epidémie de dysenterie

[octobre 1661]
La disenterie est dans la paroisse de Lezoux et sont mors quelques enfans


1662


« Les décimes extraordinaires »

Les decimes extraordinaires dans troiy termes a 17 sols pour Livre donne 18 lt pour le terme de febvrier 1662

Le reliquaire a coûté beaucoup d’argent.

Monsieur de fontenilles a donne un Reliquaire pour le porter Le sainct sacrement en procession Le 9 Juin 1662 et a couste beaucoup dargent

« Grande disette »

Julius 1662 Lanne 1662 fut une Grande disette du coste de blois et de tours et de chartres et de Romorantin et de baulieu et demunis en bien le ble pain a valut 20 sols la livre et plusieur personne y sont mort de fain


1663


La ville a vendu son four et la halle.

Monsieur de fontenilles a acsepte de La ville Le fourd et la halle La somme de Treize mille Livres et a rendu le four bannaud et en a fait bastir deus fours au quartier du marchadier Le premier Jour de Janvier 1663

T Lambert Curé


Un acte notarié rédigé en 1673 recoupe les écrits du curé Lambert. En voici quelques extraits, mais c'est bien évidemment le dernier épisode qui est le plus cocasse. Dommage que notre curé Lambert n'ait pas écrit une anecdote sur celui-ci !

En 1661 Messire Jean Ribeyre, Conseiller du Roy, devient Seigneur de Fontenilhes de la ville de Lezoux avec « un contract de permutation du xxii apvril 16C soixante un par lequel sa Maiesté luy a donné en eschange lad. ville et segneurie de lezoux ses appartenances …»

En 1662 Jean Ribeyre acquiert par « contract de vente de la halle et des fours de lad. ville et faux bourgs dicele avec droict de bannalité faict et consentis au proffit dud. segneur de fontenilhes ».

En 1672 Jean Ribeyre découvre que la vente de la halle et des fours était illégale, « lesd. fours luy appartenant originairement en vertu dud. contract deschange…». Il assigne alors les consuls de la ville devant la cour de parlement et demande (entre autres) « qu'ils fussent condampnés, pour le corps commun de lad. ville a luy rambourser et randre les sommes quil avoict payé ». Il a obtenu deux mille livres, payables sur deux ans.


Source : AD63 – Lezoux - Microfilm : 1 MI 561/1


Mise à jour du registre.

[Registre complété en janvier 1663 par des actes datés de 1645 jusqu'à 1649] Les presens baptesmes sont este fait par moy soubsigne en labsence de curés a sainct pierre et de nostre dame lesquels pourront servir en temps et lieu a quelqun si en a du droit fait le 20 janvier 1663
T Lambert Curé


« Contre la coustume de lesglise »

Les enfans de monsieur de Crottes [Suivent les actes de baptêmes commençant en 1637]

Les enfans sus nommes du sieur de Crottes ont este baptises a la chapelle de Crottes contre la coustume de lesglise Laquelle est d'aller a la paroisse six ou sept ans appres

Allant dire la saincte messe a Crottes tous les dimanches et festes Je tenu Registre des presens baptesmes de monsieur de Crottes par lespace de 20 ans estant son chantre

T Lambert


Indulgences de la mission appliquées à la croix du cimetière.

Le 26 jour de mars 1663 messires les missionaires ont applique Les Indulgences de la mission a la croiy du cimetiere de sainct Jehan Le lundi de pasques appres vespres et ont fait La benediction de la croiy et ont beni Les croiy pour chaque famille

« Il a pleut tous les jours depuis le jour de Sainct Gervais »

Cet annee mil six cens soixante trois il a pleut tous les jours depuis Le Jour de sainct Gervais Le 19 Juin quasi tous les jours , ont disoit aussi autrefois que quand Le 19 de ce mois qui estoit le Jour de sainct Gervais sil pleuvoit quil continuoit Trante Jours ce qui se Raporte a la sainct pierre Le 29 dud et mois pourquoy ont pourra dire

Sainct Pierre et Sainct Paul pleuvieus
Pour Trante jours sont dangereus



1664


Fondation de la confrérie du Saint Sacrement.

Le vingtiesme Janvier 1664 Monseigneur de fontenilles a fonde la confrerie du saint sacrement et avons coumance le mesme Jour appres vespres et a donné la somme de six vingt livres 1664 de rante

Un accident dramatique.

est decede Joseph chauniat le 22 feb 1664 estant natif de moissat venant a la foire et ayant achete un coffre a la foire passant sur les planches o o chef Tumba dessoubs et se ni ä [tua ?] Requiescat In pace amen est enterre a sainct Jehan

T. Lambert Curé 1664


Avis de décès de l'évêque de Clermont.

est decede Reverend pere en dieu messire louy destain evesque de clermont Le 13 mars 1664 et est enterre a sainct ferreol au seminaire Requiescat In pace 1651 Jusques a 1664 en mars

« Le cierge Paschal »

La paroisse de sainct pierre a fait le cierge paschal lannee 1664 et encore La doibt faire lannee 1665 et nostre dame 1666

Taurin Lambert Curé de lezous


« Il tomba la Tempeste »

Le quatriesme Jour de Juin environ deus heures appres midi il tomba La Tempeste a bulion et crevant orleat vincelles et bassinet et ornon dieu veulhe nous en preserver , et tous les autres

« Les pères Augustins ont pris possession dans nostre ville »

Le premier juin mil six cens soixante quatre Les peres augustins de… ont pris possession dans nostre ville de Lezous et ont dit la saincte messe Le Jour de la pentecoste

« Les Augustins ont porté la croiy »

Le Jour de la feste dieu les augustins ont porte la croiy a la procession 1664

L’autel de Sainct George a été déplacé.

[L’évêque est décédé le 13 mars 1664] Lautel de sainct George a este mi contre la muralhe per permission de messires les vicaires generaus Le siege vacant et signe par monsieur ducrot vicaire general le 13 aoust 1664 prevost de clermont

T Lambert Curé


« La Tempeste a gatté et ruiné plusieurs paroisses »

Cette annee 1664 la Tempeste a gatte et ruine plusieurs paroisses dieu veulhe conserver La nostre par sa Toute puissance 1664 et nous servirons mieus dieu que nous navons pas fait
T Lambert Curé


Monsieur l’évêque est arrivé dans la ville de Billon.

Monsieur levesque est arrive dans la ville de billon Le 24 novembre 1664 et se nomme Gilbert de Veini darbouze

Messire l'évêque a pris possession de son évêché.

Le premier jour de decembre 1664 Reverend pere en dieu messire Gilbert Veini darbouze a pris possession dans la ville de clermont de son evesche Je prie dieu quil luy donne longue vie

« Un tel affront »

Monsieur de fontenilles a fonde une procession Le 23 Jour de decembre faitte solennelement en memoire de ce que le mesme jour le sainct sacrement fut enlevé Le 23 Jour de decembre lanne 1661 la procession se fait depuis lesglise passant devant le four et par la Grande Rue Jusques a la halle et passons devant sainct George jour deplorable pour la ville de lesous et tous les ans nous devons prier dieu que Jamais plus il ne nous arrive un tel affront le sieur de fontenilles habille encore douze pauvres portant chacun un cierge a la procession 1664


1665


Mystère : « c’est un escript » fait par « une certaine personne »

[9 lignes de texte rayées avec beaucoup d’insistance, et en-dessous :] Ce qui est rayé nest pas un baptesme ni mortuel ni mariage cest un escript que cepandant que baptizois Jehan oscedat fils a annet une certaine personne fit a Sainct George [suit l’acte de baptême dudit Jehan Oscedat du 1er mars 1665]

Visite de l’évêque de Clermont.

Le 17 may 1665 Reverend pere en dieu messire Gilbert Veini darbouze evesque de clermont a fait La visite dans nostre esglise de sainct Pierre accompagne de monsieur lofficial et plusieurs autres prestres et a fait la confirmation appres la Grand messe et appres vespres mil six cens soixante cinq

« Le jour de la visite que fit Monseigneur de Clermont »

[Juin 1665] depuis le Jour de la visite que fit monseigneur de clermont que fut le diseptiesme Jour de may 1665 monsieur le promoteur desgreles commanda de mestre Le registre de mariage en particulier et les enteremens

Les grands jours sont à la ville de Clermont.

Les grangs Jour sont a la ville de clermont Tenus par messieurs de la Justice et ont commence le vingtiesme Jour de septembre Jusques a [texte inachevé]

« Nostre Dame a fourni le cierge Pascal »

La paroisse nostre dame a fourni le cierge pascal lanne 1666


1666


« Lespace de neuf ans et six moix »

T Lambert curé de sainct pierre de lezous 1666 par lespace de neuf ans six moix


[1667]


Le cierge Paschal sera fait par la paroisse de Sainct Pierre.

Le cierge paschal a este fait lannee 1666 par la paroisse de nostre dame et Lannee 1667 sera fait par la paroisse de sainct pierre 1667

La cloche de Sainct Jehan a été fondue.

Le 12 may 1667 a este fondue la cloche de sainct Jehan et a este parain noble et puissant seigneur messire Jehan de Rybeyre seigneur de fontenilles Lezous sechalle lint le pont astiee maraine marie arnony fame a monsieur desferiolles

« De deus cloches on en a fait une »

Le 6 Juin este fondue La cloche de sainct Anthoine 1667 est de deus cloches ont en a fait une 1667

« La dédicasse a esté changée cette année »

Le 6 septembre 1667 Jour de la dedicasse de Lesglise a este baptizee chaterine Rodias
La dedicasse a este changee cette annee par Monseigneur Levesque en novembre

Source pour l'ensemble : AD63 - Registre des B.M.S. de Lezoux : 3E 195/7
Textes déposés par Michèle Chadelas.





1676    Joze  63350       « Noyé dans les gravières d'allier »

Le trentiesme decembre 16iC septente six fust ensepveli un jeune homme agé a ce qu'on pouvoit juger, d'environ vingt ans lequel fust trouvé noyé dans les gravieres d'allier soubs des glaces et avoit les yeux arraches, la teste tellement pellée qu'on n'a pas peut connoistre de quelle couleur pouvoient estre ses cheveux, estoit de petite taille, et avoit des souliers, des bas et haut de chausses de toille, avec sa chemise et a esté enlevé par nos consuls de l'ordre de la justice de maringues par un billet de mr bourdillon procureur d'office et ensepveli dans le semetiere de ce lieu par moy soubsigné
Talhandyer curé de Joze






1691    Joze  63350      Encore un noyé

Le treizie mars 16iC quatre vingt et onze a esté ensepveli un jeune garçon que l'on trouva le soir precedant noyé dans les gravieres d'allier vis a vis du pré madame lequel garçon agé a ce que l'on a peu coniecturer de dix huict a vingt ans, ayant le visage tout desfiguré et un pied mangé des chiens

Talhandyer curé de Joze


Source : AD63 - Registre des B.M.S. de Joze : 3E 180/1
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1693    Lezoux  63190      La Grande Famine n'avait pas épargné les paroissiens de Lezoux..

Du 16e decembre 1693 gabriel delolme agé de 9 ans est decedé de faim au mas docher […]
Du 19e decembre 1693 annet delolme agé de 15 ans est decedé de faim au mas docher […]
Du 22e decembre 1693 antoine fayot agé de 14 ans est decedé de faim au village des colis bontems […]
Du 22e decembre 1693 sébastien charny agé de 9 ans est decedé de faim et a esté enterre dans le cimetiere de nostre dame presents ses parens et moy soubsigné
feraud


Source : AD63 - Microfilm du registre des B.M.S. de Lezoux : 2 MI 264/1
Texte déposé par Michèle Chadelas.



1712    Lezoux  63190      Hommage.

Le Douzieme D'avril De la presente Cette Paroisse Perdit Dans la Personne de Messire Thomas madur natif D'ambert un des plus grand Curé qu'elle eut jamais eû, son Erudition, ses Talens son zele, mais surtout sa Charité pour les pauvres qui luï furent toujours si chers qu'en sept cent neuf on le vit se depouiller de tout jusqua vendre son cheval ses livres pour fournir a leur subsistence, toutes ces grandes qualitez le firent regreter non seulement de son troupeau mais meme des Etrangers, il ne travailla que Douze ans dans cette Paroisse

Explevit in brevi tempora multa

Delachenal Doct de Sorb - Curé


Source : AD63 - Registre des B.M.S. de Lezoux : 3E 195/11
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1726    Romagnat  63540      « Les Jugemens de Dieu sont incompréhensibles et ses voïes impénétrables »

Le 28 Juin Thomas Luquet de La parroisse de St Pierre de Beaumon fût tué d'un coup de Tonnerre dans la prairie de Romaniat J'allay aussi tost Lenlever accompagné de Mr Josat, et Le conduisis dans nôtre église à La maniere accoutumée Ce corps à reposé La iusqu'au Lendemain que Mr Crose curé dud Beaumon m'est venu prier de le Luy remettre accompagné de Mr Le Curé de N.D. de la Riviêre et des parens du deffunt, Lequel Crosé Curé Jay prié de vouloir attendre Le corps de son Parroissien à La porte de La ville avec sa Compagnie et La croix de son église, Ce qu'il n'a point refusé ; ainsi après avoir fait Le service dans mon église, J'ay conduit ce corps hors des portes, ou estant Le Sr Crose est venû au devant de moy, et apres m'avoir assuré que Le deffunt avoit fait ses pâques et qu'il vivoit moralemt bien. Il a réitéré sa prière et ma sollicité de Luy remettre Le corps de son parroissien pour estre inhumé dans Le tombeau de ses ancêtres et de vouloir Luy donner cette satisfaction, et cette consolation à La famille. Je luy ay répondû en ces termes.
J'ay enlevé hier Le corps de Thomas Luquet décedé dans Les confins de cette parroisse d'une mort imprevüe : Les Jugemens de Dieu sont incomprehensibles et ses voïes impenetrables ; Je l'ay conduit dans cette église avec Les ceremonies et Les prières ordinaires, J'ay prié Dieu depuis hier jusqu'a aujourdhuy pour Le repos de son ame, et en particulier dans Le St sacrifice de La messe, Je vous remets son corps non par devoir, mais par honneteté, afin que vous Le conduisiez, et que vous Linhumiez en terre sainte, Je ne doute pas, Monsieur que vous L'accompagniez avec Les chants de Léglise, et que vous ne remplissiez toute Letendüe de ces devoirs avec vôtre zèle et vôtre charité ordinaire. ensuite ie me suis retiré et Le sieur Crose â ôté Létole de dessus son bras pour La mettre â son col et à fait sa fonction.

Source : AD63 - Registre des B.M.S. de Romagnat : 3E 305/8
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1730    Malintrat  63510      extrait de délibération de l'assemblée.

En Basse-Auvergne un délibératoire du corps commun de Malintrat du 4 avril 1730 met bien en valeur la notion de délégation, en même temps qu'elle illustre l'importance du lieu de réunion dans le caractère ouvert ou fermé de l'accès à l'assemblée.

" Les Consuls ont remontré que depuis la démolition de la maison commune de ladite paroisse, dans laquelle se tenait les assemblées d'habitants qui estait composé d'un certain nombre d'iceux choisy, la pauvreté de la paroisse a été cause qu'on n'a peut la faire relever, de sorte qu'on est obligé depuis ce temps de tenir les assemblées au devant de l'église, auxquelles assiste toutes sortes de personnes qui détournent lesdites assemblées; ce qui fait que l'on n'a pu régler aucunes affaires de la commune avec l'équitté qu'ils doivent avoir par rapport aux différens opinions des uns et des autres, et par exprès ceux des journaliers qui, sans scavoir ce qu'ils disent pour lors, contrarient les opinions des principaux habitans, tellement que suivant les anciennes règles, et pour mettre le tout dans l'ordre, il serait à propos de nommer un nombre d'habitans des plus principaux et plus éclairés dans les affaires pour régler et donner leur avis sur les affaires de lad. commune comme il se pratique dans les paroisses voisines. "

Source: La sociabilité villageoise dans la France d'Ancien Régime. J-P Gutton.
d'après: J.Jacquart : « Réflexions sur la communauté d'habitants» in Bul.Centre Hist.éc. et sociale région lyonnaise, 1976, n°3, pp. 1-25


1740    Lezoux  63190      Grande disette dans presque toute l'Europe.

La meme année on fit dans la Parroisse une aumone generale ont distribuat deux fois par semaine depuis le 1er fevrier, jusqu'au 1er juillet du pain et des feves a chaque famille autant quil en falloit pour les sustenter pendent la semaine, le nombre de pauvres se montoit a cinq cents et quelques uns, la disette fut grande cette année et generale dans presque toute Leurope

Delachenal Curé


Source : Source : AD63 - Registre des B.M.S. de Lezoux : 3E 195/12
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1741    Lezoux  63190      Construction de la chapelle du St Sacrement.

Construction de la chapelle du St Sacrement [en marge] Ce jourdhuy 19e 7bre 1741 a lissuë de vespres Mre Charle de Chazerat fils a Mre de Chazerat Premier President a la cours des aides de clermont ferrand seigneur de ligone a posé la premiere Pierre de la chapelle du St Sacrement - a la ceremonie ont assistez mrs du Chapitre
Delachenal curé


Laquelle Chapelle jai fais Batir pour lusage de la Paroisse et de la Confrerie.

1742    Lezoux  63190      Bénédiction de la Chapelle du St Sacrement. Le 25e mars De la presente année 1742. jai Benis la Chapelle Du St Sacrement dont la Construction fut finie [lire "commencée"] le 20e 7bre 1741 Cette Chapelle a eté Batie par mes soins n'ayant eû de la confrérie que cent ecus de fonds le reste de la depense qui sest monté a pres de deux mille livres sest faire des liberalité de la Paroisse la Dite Chapelle etant destinée pour les fonctions de la Paroisse et de la Confrerie ne Layant Batie qu'a cette intention
Delachenal Curé


Source : Source : AD63 - Registre des B.M.S. de Lezoux : 3E 195/12
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1748    Lezoux  63190      « Aumône générale »

Cette annee on a fait dans la Paroisse une aumone generale le Bled valut jusque a 22 lt le sextier

Source : AD63 - Registre des B.M. de Lezoux : 3E 195/12
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1749    Lezoux  63190      « Des emprunts pour fournir à l'aumône générale »

Cette année 29e juillet jour de Ste Marthe la grêle tomba sur cette Paroisse et detruisit toute la recolte qui étoit tres Belle ce qui augmenta si considerablement la misere quil fallut faire des emprunts pour fournir a laumone generale la disette de lannée precedente ayant Epuisé les fonds des rentes des Pauvres - Madame Ribeyre marquise de Roussille préta et donna considerablement il y eut cette année trois cent et tant de Paroisse grelées dans la province et dans le voisinage seychalles lempty Beauregard, ravel-les moissac-vertaison Dalet

Source : AD63 - Registre des B.M. de Lezoux : 3E 195/13
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1755    Lezoux  63190      Bénédiction de la première pierre du sanctuaire.

Ad perpetuam Rei Memoriam


aujourdhuy quatorze avril 1755 sur les huit heures du matin la premiere pierre du Sanctuaire de L'Eglise de St Jean a Eté Benite par messire francois Delachenal Docteur De Sorbonne Curé de la parroisse, Et prévôt du chapitre ; Et a Eté posée par messire Sébastien Boudat avocat en parlement, chatelin de cette Ville, Et Subdélegué de Mr L'intendant, Et par Respectable Dame marie anne Delespinasse femme de messire andré artaud Deviry Ecuyer. Lequel Sanctuaire a Eté ajouté a L'Encienne Eglise par les soins et moyens du Susdit très Respectable* Curé et prévôt qui a signé avec les assistans en presence de Mrs du chapitre et des marguilliers
Lespinasse ; Deviry ; Boudat

Gaubert marguilier ; Maze ; Deviry ; Dupuis

Delachenal prevot et curé ; Gonin Vicaire


[Addenda :] Du 18 avril léglise et le Sanctuaire a été démolis par arrêté du Representant du peuple [l’année n’est pas précisée]
Couton


* [Remarques : le titre en latin a été écrit en gros caractères d’imprimerie et la mention « très Respectable » encadrée - Par la suite, ce texte a subi une altération, les deux premières lettres des patronymes commençant par « De » sont raturées.]

Source : AD63 - Registre des B.M. de Lezoux : 3E 195/13
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1755    Lezoux  63190      Dépôt d'une urne contenant un cœur.

Ce trentieme Octobre 1755 a été Deposé dans L'Eglise de St antoine une urne contenant le Coeur de Messire antoine francois De Chazerat Premier President de la cour des aydes de Clermont ferrand seigneur de ligonne, Lignat, Clermartin et autres places, le dit Depot placé dans un des pilastres de larcade du sanctuaire du coté de lEvangile, a la Ceremonie ont assistez Mrs Du Chapitre
Delachenal prevot et curé


Source : AD63 - Registre des sépultures de Lezoux : 3E 195/14
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1756    Lezoux  63190      Bénédiction du sanctuaire de St Jean.

Benediction du sanctuaire de St Jean [en marge]
aujourdhuy treize juin 1756 ; Le Sanctuaire de L'Eglise de St Jean qui vient d'Etre construit par les soins et moyens de messire francois Delachenal Docteur de Sorbonne prévôt du chapitre et Curé de la paroisse de St pierre (comme il est Ecrit dans le registre de l'année dernière 1755) a Eté Benit par le Dit Sieur, a La quelle Ceremonie ont assistez processionnellement messieurs du chapitre Et toute la paroisse.
Gonin Vicaire


Source : AD63 - Registre des B.M. de Lezoux : 3E 195/13
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1765    Lezoux  63190      « Sa mort fut aussi précieuse que sa vie »

Il y a eu cette année des innondations qui ont causez les plus grands Desastres, les Ruisseaux et les Rivierres surmontoient leur lit ordinaire de vingt pieds Dhauteur la force des eaux a emportée nombre de pons, de moulins et de maisons
La france a fait aussi cette année la perte la plus affligente dans la personne de Msgr le Dauphin, le prince qui faisoit toute la joye et les perenie de ce Royaume, mourut dans le mois de decembre agé de trente six ans sa mort fut aussi precieuse que sa vie et Eternisera sa memoire qui est en Benediction

Delachenal prevot et curé


Source : AD63 - Registre des B.M. de Lezoux : 3E 195/15.
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1768    Lezoux  63190      La seconde cloche est devenue la première..

La seconde cloche de St jean setant cassée le jour de la toussaint en 1767 a été refaite en 9bre 1768 Mr goutte bessis etant curé et Mr Boudat et Mr aymard marguilliers. furent parrain Mr Dechazerat premier president de la cour des aides de clermont seigneur de ligone et de plusieurs autres places, et dame de Roussille Dame de lezoux marraine. aujourdhuy elle nest plus la seconde, elle est la premiere a raizon de huit quinteaux de metaill quon y a ajoutés qui ont couté a La marguillerie de St jean En y comprenant La facon Douze Cent Livres

Chambige Vicaire


Source : Source : AD63 - Registre des B.M. de Lezoux : 3E 195/15
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1774    Vichel  63340      Incertitude sur la validité du baptême après l'ondoiement d'un enfant âgé de 2 mois

aujourd'huy trente septembre mil sept cent soixante quatorze a sept heures du matin a eté extrait de deffunte marie aron, un enfan mal son fils agé d'environ deux mois, fils legitime de ladite marie aron et de Jean pegere son mary Ledit enfan a eté ondoyé par le sieur Jean pardinel chirurgien juré de la ville de St germain lembron, lequel nous a certifié n'etre point certin de la validitté du bateme attendu quil doutois si lenfan avoit vie, ne luy ayant vüe faire faire aucun mouvement ny battement du cœur en l'ondoyant ny apres l'avoir ondoyé, lui ayant cependent senty un mouvement ou battement a la tete peu sensible en le sortent de la matrice Immediatement avant que de l'ondoyer, lequel le sieur pardinel a signe avec nous le present acte led Jour et an

Ahond curé de vichel
Pardinel

Source : AD63 - Microfilm du registre des B.M.S. de Vichel : 1 MI 572/R1
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1774    Lezoux  63190      Deux cœurs réunis dans l'urne de marbre.

aujourdhuy troisieme novembre mil sept cent soixante quatorze le cœur de tres haute et tres puissante dame claudine amable de ribeyre douairiere de tres haut et tres puissant seigneur messire antoine de chazerat chevalier, seigneur de ligones, lignat, clermartain et autres lieux premier president de la cour des aides de clermont ferrand, et mère de très haut et très puissants seigneurs messire charles antoine de chazerat premier president du conseil superieur et intendant de cette province d'auvergne, a été remis entre les mains du Curé de lezoux soussigné par le sieur pierre goje prêtre, et deposé dans d'église de St antoine sous ligones en presence du sieur armand vicaire et du sieur pierre louvay premier officier de la maison de monsieur l'intendant ; et le lendemain quatrieme de ce mois le cœur de laditte dame a été mis dans l'urne de marbre ou repose celuy de feu monsieur de chazerat son époux et ce après un service solennel celebré par le chapitre de cette ville dans laditte eglise de St antoine fais ledit jour
Pierre goje pretrearmand vicgouttebessis curé


Source : AD63 - Registre des sépultures de Lezoux : 3E 195/14
Texte déposé par Michèle Chadelas.



1780    Remède infaillible pour la fièvre Quarte.

Prenez:
sel amoniac une dragme et demi
sel absinthe demi dragme
sel de petite centaurée demi dragme
iris de Florence deux dragme
agaric blanc deux dragme
gentiane une dragme
aloes sucotrain deux dragme
rhubarbe en poudre une dragme et demi
crème de tartre deux dragme
quinquina une once
cascarille deux dragme
Le tout bien pulvérisé et passé au tamis de soie et amalgamé ensemble avec suffisemment de sirop d'absinthe.
La dose est d'une dragme et demi tous les matins à jeun et il faut boire par dessus une infusion de petite centaurée. Il n'en faut prendre qu'une fois par jour et cela le matin à jeun, et quoy que la fièvre s'en soit allée on continue, pendant sept à huit jours après.

Source: Extrait du livre de MONSUR "Remèdes, Recettes et Secrets (en Auvergne) vers 1780
Réédition Berger-Levrault 1979
Tiré de l'exposition (été 2000) "Mille ans d'Histoire et Histoires au château de Pionsat" réalisée par l'association "Les Amis du Chateau de Pionsat" 63330 Pionsat Avec l'aimable autorisation de M.Christian BERGER Président des A.C.P.





1784    Egliseneuve d'Entraigues  63850      Baptisé 2 fois et inhumé 2 fois.

L'an mil sept cent quatre vingt quatre et le vingt trois fevrier est né dans le village de beaugon un enfant qui pouvoit avoir quatre mois et demi, le père étant parti pour le pay depuis cette époque, a sa naissance la femme qui a accoutumé d'y recevoir les enfants ne reconnut aucun signe de vie non plus que les assistants. Personne ne voulut y hasarder le bapteme. Il avoit une goutte de sang sous chaque narrine son corp etoit tout meurtry et meme noir. Dans une fievre maline qu'avoit sa mère on lui avoit donné pour vomir et c'est a la suite qu'est venu ce accouchement. Cependant un quelqu'un lui voyant les lèvres rouges et croyant avoir apercu un mouvement lui hasarda le bapteme conditionel. Je ne voulus pas l'inhumer en terre sainte d'apres ce voit sans avoir parlé a celle qui disoit l'avoir baptisé. Sur ma dificulté, quatre bons hommes de beaugon prirent un piquet une bar de fer appellé pieux et furent pendant la nuit pour l'inhumer aux pieds de la croix qui est vis a vis la chapelle. Ils y demeurerent quatre heures a essayer de faire un petit creux. Ils ne purent pas creuser a deux pouces de profondeur quoiqu'ils fissent tous leurs efforts en plusieurs endroits si fort la terre etoit gelee. Pendant ce temp la l'enfant etoit au bel air il geloit fortement. Le lendemain après diner on vient porter ce enfant a la chapelle M. Chanteloube communaliste l'acompagne a la chapelle. Il prie. Ne reconnaissant aucun signe de vie, il dit qu'on le mette en terre ce qui s'execute. Neanmoins tout a coup il est saisi de regret de ne pas avoir perseveré dans la priere. On deterre l'enfant qui etoit tout sally par l'eau bourbeuse qui etoit dans le creux ou il avoit eté renfermé. On le lave a la fontaine qui est a coté de la chapelle. On redouble les prieres. Ce enfant ouvre la bouche ayant les deux lèvres d'un colori fort naturel. Il les referme tout aussi tot les place bien exactement l'une sur l'autre. Une seconde fois il fait cette operation. Les témoins fort etonnés de cette avanture mettent l'enfant sur le pied de l'autel sans que personne le touchat, il fait encore deux fois le meme manege. Le sr Chanteloube baptise l'enfant sur condition. Il fait la meme chose encore ouvre et ferme la bouche. On me le porte ches moi. Je ne revois plus de couleur sur les levres. Il avoit la bouche ouverte et etoit mort. Tel est le fait. Ainsi que me l'ont deposé le sr Chanteloube et quatre temoins. Il a eté inhumé au cimetiere vis a vis la porte de midi. Mgr l'evèque a qui j'en ai ecrit a repondu qu'un evenement pareil merite qu'on prete une certaine croyance qu'avec la plus grande discretion. Un tres bon medecin a qui j'ai demandé si la phesique pouvoit expliquer et s'aproprier cette avanture me repond qu'il peut très bien se faire que l'immersion dans l'eau froide aye fait une impression sur tous les vaissaux et que les oscillations du coeur en ayent eté retablies pour quelques minutes. Cela est d'autant plus possible dans un foetus que son sang n'est pas encore aussi consistant que dans un adulte, et qu'il est par la moins disposé a se coaguler par la cessation de la circulation. J'ai transcris ce fait en toute verité sur le raport des temoins. J'ai ajouté la remarque du medecin [acte rationable ... ? observé ......... ???] Mathias curé

Source : AD63 - Registre des sépultures d'Egliseneuve d'Entraigues : 3 E 144/14-15
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1788    Vichel  63340      « J'ai vu des grêlons qui pesoient près de six livres »

Observations [en marge]
La nuit du quatre au cinq juillet de l'année 1788 a trois heures moins un quart, il est tombé une grêle d'un volume extraordinaire poussée par le vent le plus impétueux, qui n'a rien laissé, pas même un épis, ni un raisin. Les vignes ont été rasées a fleur de terre. elles ont repoussé huit jours après ; et ont été en fleur au quinse septembre suivant. les deux tiers des arbres fruitiers ont péri. Ce desastre s'en fait sentir deux ans après par la stérilité des vignes, et des arbres qui avoient echapés …... j'ai vu des grélons qui pesoient près de six livres
Saulnier curé


Source : Source : AD63 - Microfilm du registre des B.M.S. de Vichel : 1 MI 572/R1.
Texte déposé par Michèle Chadelas.





1789    Parent  63270      Cahier de doléances

...Dans les premiers temps de la monarchie, l'impôt de la taille est isolé. Dans la suite, et à mesure que l'imagination s'est fortifiée, les accessoires ont paru et se sont multipliés. De là, les capitations, les vingtièmes et tant d'autres impôts qui par leurs accroissements rapides sont devenus autant de fléaux pour les habitants des campagnes...

Source: Gé-Magazine N° 76 Octobre 1989 pp.20


1797    Pionsat  (63330)     Autorisation pour faire une chasse et battüe dans le canton de Pionsat.

Vu la délibération prise par l'administration municipale du canton de pionsat le cinq du courant constatant la nécéssité de faire dans l'étendue du dit canton une chasse ou batüe général pour la destruction des loups et autres nuisibles.
Vu l'arrété du Directoire executif du 19 pluviose dernier, ensemble la lettre du Ministre des finances du 27 ventose suivant, et la circulaire ecrite par l'administration du Département à toutes les administrations Municipales de son arrondissement le 18 Germinal aussi dernier
Les administrateurs du Département du puy de Dôme
Oui le Commissaire du Directoire exécutif.
1er

En execution de l'arrété du Directoire exécutif du 19 pluviose dernier l'administration Municipale du canton de pionsat est autorisée à faire faire dans l'étendue de son arrondissement une chasse et battüe sous la direction et surveillance des agens forestiers qui règleront de concert avec laditte administration; le jour ou cette battue aura lieu et le nombre d'hommes qui y seront appelés. Elle est également autorisée à permettre aux particuliers qui ont des équipages et autres moyens pour ces chasses de sy livrer sous son inspection et surveillance ainsi que celle des agents forestiers.
2°

Il sera dréssé procès verbal de chaque battüe, du nombre et de l'espèce des animaux qui auront été détruits, deux extraits en seront adressés à l'administration centrale du département l'une pour y rester en dépot et l'autre pour être envoyé au Ministre des finances à chaque procès verbal il sera joint un état des animaux détruits à l'effet d'être pourvu s'il y a lieu au payement des récompenses promises par les lois.
3°

L'administration Municipale de canton et les agens forestiers demeurent respectivement chargés de veiller à ceque pendant la durée de la chasse ou battüe il ne soit fait aucun degat ni dommage dans les fonts nationales et autres sous peine d'en devenir personnellement responsable.
Fait en Département à clermont fd. le dix huit floréal an cinq de la République française une et indivisible.


Texte déposé par Jacques Marchal avec l'aimable autorisation de M.Christian BERGER Président des A.C.P. (Association des Amis du Château de PIONSAT)
Tiré de l'exposition (été 2000) "Mille ans d'Histoire et Histoires au château de Pionsat"
réalisée par l'association "Les amis du chateau de Pionsat" 63330 Pionsat





1801    Lezoux  63190      Défense de laver des tripes dans les bacs des fontaines..

Arrêté pris par les Maire et adjoints concernant les rues et fontaines

Du 14 nivôse [de l'an IX (4 janvier 1801)] les Maire et adjoints réunis prenant en considération la propreté des rues de la commune de Lezoux ainsy que des fontaines, objet qui a une si grande influence sur la salubrité de l'air

arrêtent ce qui suit 1er
Il est défendu à tous citoyens décarter de la paille sur les pavés devant leur porte pour faire du fumier, et dacumuler des fumiers dans les ruës sous peine d'être punis conformément aux lois

art 2
Il est défendu à tous citoyens de laver des tripes du linge et autres objets dans les bacs des fontaines. Les contrevenants seront punis conformément à la loi

art 3
Le présent arrêté sera rendu public par la voie de l'affiche et publication au son du tambour

Duchasseint,
maire

Source : AD63 - Série D - Administration générale de la commune de Lezoux : 1 MI 561/6
Texte déposé par Michèle Chadelas.



1815    Artonne  (63460)     L’exploit de Gilbert Bellart, le vieux soldat.

Gilbert Bellart est un de ces vieux soldats de la France qui ont puisé sous les drapeaux de nobles inspirations. Après le licenciement de 1815, la commune d’Artonne, dans le Puy-de-Dôme (au nord de Riom), le choisit pour garde-champêtre et, dès ce moment, Bellard sembla ne plus vivre que pour ses concitoyens.

Le 25 juillet 1815, tandis que les cultivateurs d’Artonne et de Saint-Myon (commune voisine) sont retenus au-dehors par les travaux de la moisson, un orage épouvantable les surprend ; une énorme trombe d’eau, s’abattant subitement, leur coupe toute retraite : la pluie, la grêle, poussées par un vent furieux, font déborder la rivière de Morge.
Les propriétaires des usines établies sur cette rivière paraissent d’abord les plus menacés, et déjà Bellart est au milieu d’eux.

Mais il les quitte bientôt : de plus grands dangers le réclament. Toutes les populations voisines dont accourues, et la terreur les glace. Sur un très petit espace que les eaux vont infailliblement envahir, cinq malheureux se sont réfugiés, et attendent une mort contre laquelle tout secours humain semble impossible, car d’énormes troncs d’arbres, roulés par les eaux, se pressent, se heurtent, et rendent au plus habile nageur l’abord impraticable.
Les cris de détresse de ces infortunés, les déchirantes supplications de leurs familles, portent la consternation à son comble. Leur pasteur désolé prie, et gémit en les bénissant.

Enfin Bellart arrive ; il voit, il comprend. Alors, s’adressant à ses concitoyens : « Je sais, leur dit-il, à quoi je m’expose ; si je péris, je vous lègue ma femme et mes quatre enfants. »
Aussitôt il plonge, et commence une lutte affreuse, car il ne peut ramener chacun de ces infortunés que l’un après l’autre, et n’arrive, prêt à succomber sous le poids de celui qu’il sauve, que pour songer à ceux qui restent, renouvelant pour chacun d’eux tout ce que le plus intrépide courage peut inspirer de plus héroïque.

Les cris d’admiration des populations entières, les larmes de reconnaissance des mères et des enfants le soutinrent sans doute, car, après six heures d’affreux périls, tous furent sauvés, tous furent rendus à leurs familles.

Celui-là aurait bien mérité la médaille du sauvetage.

Tiré de : « Livre de morale pratique ou choix de préceptes et de beaux exemples », par Th. Barrau – Paris – Lib. de L. Hachette et Cie – 1853.

Texte déposé par Jean-Pierre BERNARD.

Lui écrire


1820    PIONSAT  (63330)     Extrait de "Notice statistique du Canton de Pionsat".

Explications concernant le document:

          Sous l'Ancien Régime et au début de la Révolution, les corps intermédiaires ou les représentants en mission collectaient des informations sur le terrain, rendaient compte de leurs observations.
A titre d'exemple, le 14 frimaire an II (1794), la Convention Nationale créa les agents nationaux, fonctionnaires permanents et dévoués placés auprès des districts et des municipalités et tenus de correspondre tous les dix jours avec les comités de Salut Public et de Sureté Générale.
          Utilisées plus régulièrement, ces enquêtes visent à déterminer avec un maximum de précisions la physionomie de chaque département. C'est à partir de ces monographies locales qu'est élaboré le tableau statistique du département destiné au gouvernement central. Le document "Notice statistique du Canton de Pionsat" , est l'une de ces monographies cantonales de base, non signée mais datée en sa fin : "fait à Pionsat le 17 juin 1820".

-   Au XIXè siècle, "Statistique" caractérise l'étude méthodique et objective des faits sociaux par des procédés numériques, mais la description l'emporte encore sur les comptages -   La présentation du document, l'état du texte, quelques négligences orthographiques tout prouve qu'il s'agit d'un brouillon dont la copie fut (peut-être) adressée à l'administration préfectorale qui l'avait demandée.
-   L'orthographe d'usage a été respectée.
-   Notes : de Pierre Goudot.



Cours d'eau

...Ces ruisseaux sont très peu poissonneux, ils ne donnent que quelques truites et de mauvais poissons blancs. Cette dernière espèce de poissons est remplie d'arrêtes, d'un goût fade et désagréable. Quand aux truites, elles sont très petites. On trouve aussi quelques anguilles, mais elles sont rares....


Isolement

          Le canton de Pionsat... a été constament négligé... et ressemble à une isle qui ne peut communiquer avec ses voisins. On croirait que de tous tems on n'a songé à lui que pour lui tirer des impôts....


Céréales et tubercules

          On ne récolte dans le canton que du seigle, du sarasin et de l'avoine, point de froment ni d'orge. On hazarde de semer du chanvre dans quelques petits coins de terre privilégiés. Mais rien n'est plus incertain que nos récoltes. Le terme moyen du produit de nos terres en seigle est le grain quatre...


Caractère des habitants.

          Les habitants de ce canton sont doux, honnêtes et tranquilles. Ils ne se sont jamais laissés entrainer aux mouvements auquels les diférentes phases de le Révolution ont pu donner lieu. Cette tranquillité, ou plutôt cette espèce d'apathie qui forme la base de leur caractère, remonte à des siècles reculés. Il est remarquable qu'en 1585 le seigneur de Pionsat fonda un collège où l'on enseignait gratis les belles lettre jusques à la dialectique, sous le motif que Dieu l'avait préservé ainsi que les habitans du fléau des guerres de religion.(1)

(1)    Soulignée dans la manuscrit, la formule est fallacieuse. l'acte de fondation du Collège, le 24 octobre 1581 (et non 1585) par Messire Anthoyne de CHAZERON, baron de Punsat... et Dame Claude de FOURCHAUT son épouse justifie ainsi cette création : ... pour recognoitre les dons et grâces qu'il a plu à Dieu tout puissant leur faire durant le cours de leur vie, de les avoir préservés des guerres civiles dernières, de tous les maux et malheurs et garanti leur esprit de toutes malheureuses opinions damnables et répugnantes à leur religion catholique apostolique et romaine ..., la population n'est pas expressément comprise dans cette protection divine. En revanche c'est pour son édification qu'est fondé le Collège : pour entretenir la jeunesse à servir Dieu selon ladite religion catholique apostolique et romaine et apprendre les bonnes lettre et sciences.


Alimentation et hygiène

          Les habitants de ce canton vivent très mesquinement; le laitage et les légumes sont leur seule nourriture à laquelle cependant ils ajoutent des œufs dans les grands travaux de la campagne(1).
          Peu ressemblans, pour le travail, à ceux de la Limagne, ils sont lents et paresseux, et une chose digne de remarque à cet égard, c'est qu'à partir de la Limagne le goût pour le travail va jusqu'au-delà du Berri toujours diminuant insensiblement, comme une progression aritmétique descendante(2).
          La population est d'une taille peu avantageuse et se ressent vraissemblablement de la nature du climat et du genre de nourriture qui, dans le vrai, est peu subtantielle. Il est probable qu'à ces deux causes s' en joignent d'autres, mais il ne nous appartient pas et il n'entre pas dans notre sujet d'en faire la recherche.

(1)          L'affirmation relève d'une mauvaise foi évidente dictée par la hantise de l'augmentation des impôts et fait songer au célèbre passage de La Bruyère décrivant, à la fin du XVIIè siècle, l'inhumaine condition des malheureux paysans condamnés à manger des glands et des racines.
          L'auteur omet le sarrasin, le seigle, les chèvres et leurs cabris, les moutons et les agneaux, les porcs et comprend sans doute les pommes de terre dans le terme général de légumes.

(2)          La nuance subjective qu'apporte le manuscrit s'explique en partie par le souci constant d'opposer le canton pauvre et arriéré à la Limagne riche.



L'épidémie de 1807

          Les hameaux, villages et tous les endroits habités du canton de Pionsat paraissent convenablement placés pour la salubrité, si on en excepte le chef-lieu. En 1807 une maladie endémique attaqua toute sa population et fit périr cent quatre vingts individus, mortalité six fois plus grande que la mortalité ordinaire (1). On ne se doutait pas des causes d'un tel fléau. M le Préfet, sur la demande des habitans, crut devoir envoyer sur les lieux un médecin qui, à la science de la médecine, joignait bien d'autres connaissances.
          Celui-ci fit son rapport et jugeat que la source de ce désastre était dans la reconstruction de la chaussée de l'étang qui est à l'est de Pionsat et qu'on fit remplir sans précautions préalables. Ses eaux alors étaient épaisses et d'un rouge noir, comme celles qui suintent des fumiers. Il prétendit que des herbes et des animaux reposant sur le fond de l'étang avaient été mis en putréfaction et avaient occasionné les maux dont nous étions frappés.
          Cette opinion parait justifiée par un fait qu'on peut repprocher de celui-là.

Quelques années avant 1594 la chaussée du même étang partit et laissa l'étang à sec. En cette année 1594 le seigneur de Pionsat voulut en rétablir la chaussée. Les habitants y mirent quelques oppositions sous divers prétextes. Enfin il y eu transaction entre le seigneur et les habitants de laquelle il résultait d'une part que le seigneur faisait différentes concessions aux habitants et que, de l'autre, les habitans consentaient au rétablissement de l'étang pour le printemps de l'année 1594. En effet il y eu à Pionsat une mortalité telle que le cimetière fut bientôt plein et que l'on fut obligé de recourir pour la sépulture à un autre terrein qui, depuis, a conservé le nom de "Cimetière grand" .
          Le médecin assignait encore pour causes de cette maladie endémique le défaut de pavé, la malpropreté des rues, le dépôt qu'on y faisait de fumiers sans nombre, le défaut d'écoulement des eaux qui, dès lors, devenaient stagnantes, etc etc.
          L'autorité locale prit les mesures qui devaient faire cesser ces inconvéniens qui contribuaient en partie à l'insalubrité de l'endroit. Elle proscrit le dépôt des fumiers dans les rues, ordonné la construction des pavés soit pour les rues soit pour les places publiques, les uns aux frais des particuliers, les autres aux frais de la commune. Cet arrêté est homologué par la préfecture, mais il n'a pas été exécuté, à cause de la misère des habitans et le défaut de ressources de la commune. Nous ne pouvons espérer de voir assainir le bourg de Pionsat qui, cependant, mérite quelqu'intérêt, si le conseil général du département ne vient à son secours.

(1)    Au total, les Pionsatois connurent au moins trois épidémies : en 1594, en 1792 et en 1807. L'auteur ne mentionne pas l'épidémie de fièvre qui, en septembre 1792, fit un grand nombre de victimes. L'étang fut à nouveau incriminé.


Enseignement

          Il avait été établi à Pionsat par les soins de l'autorité une école d'enseignement mutuel (1). Ses succés dans le principe répondaient à l'attente des pères de famille. Mais on a jetté sur cette méthode une défaveur telle que l'établissement est tout à fait tombé. Cependant rien ne le remplace. Nous n'avons point de doctrinaire (2) et les habitans des campagnes ont cependant besoin de cette première éducation élémentaire qui ne peut jamais devenir dangereuse. Il serait donc essentiel de relever la méthode lancastrienne ou de la remplacer par celle des Frères de la Doctrine Chrétienne (3).

(1)   L'enseignement mutuel, dit aussi lancastrien, prévoit que le maître instruit des élèves - les moniteurs- plus doués ou plus avancés que les autres et qui, sous sa surveillance et sa direction, vont ensuite transmettre les connaissances acquisent à leurs camarades regroupés par degrès (REBOUL-SCHERRER, 1989)
(2)   Mise en œuvre dès avant la révolution, la méthode pédagogique des "Doctrinaires" consistait à répartir les enfants par niveaux de connaissance et à assurer à chaque niveau le même enseignement adapté, en faisant faire les mêmes exercices, sans dissocier chronologiquement l'apprentissage de l'écriture, celui de la lecture et même du calcul (REBOUL-SCHERRER, 1989)
(3)   Relever : redresser, remettre en usage...
          Le 17 juin 1820, Pionsat n'a plus d'enseignant. L'instituteur Antoine Jaladon n'avait tenu que quelques mois. Privé d'élèves, donc de ressources, il dut abandonner les Pionsatois, les laissant à leur ignorance.





Climat

          Nous avons à redouter, les gelées d'hiver, de de printemps, d'automne, mais ce n'est pas le seul fléau qui nous afflige. Nous sommes souvent frappés de celui de la grêle qui nous est attiré par les arbres parce qu'ils ne cèdent pas leur électricité et par celui des inondations qui ravage nos récoltes et entraine tout le terrain végétal de nos côteaux (1) ...

(1)   La vallée du Cher crée un couloir que suivent les orages montant en été du sud-ouest et du Limousin.

Textes déposés par Jacques Marchal avec l'aimable autorisation de M.Christian BERGER Président des A.C.P. (Association des Amis du Château de PIONSAT)
Tiré de "Notice statistique du canton de Pionsat" auteur anonyme
Ouvrage disponible auprès de l'association "Les amis du chateau de Pionsat" Mairie de Pionsat 63330 Pionsat



Non daté    Bussières     (63330)     Requête du maire destinée à l'administration cantonale
suite à une double catastrophe naturelle.


          Gilbert TAILLARDAT, maire de la commune de Bussières, vous représente que le quatre du présent mois de prairial, autour les trois heures après midy, les habitants de cette commune ont éprouvé la presque totalité de leurs récoltes en toutes natures soit par les effets de la gelée arrivée précédemment, (soit) par un orage suivi d'une grêle des plus foudroyantes a commis des ravaines très considérables dans les terres qui sont en labourage et a couvert les près et pacages de terre. Il y a lieu d'attendre de votre humanité que vous voudrez bien nommer des commissaires pour constater les dommages occasionnés par ces deux fléaux et pour venir au secours d'une commune des plus affligées.

Textes déposés par Jacques Marchal avec l'aimable autorisation de M.Christian BERGER Président des A.C.P. (Association des Amis du Château de PIONSAT)
Tiré de "Notice statistique du canton de Pionsat" auteur anonyme
Ouvrage disponible auprès de l'association "Les amis du chateau de Pionsat" Mairie de Pionsat 63330 Pionsat



1832    Pionsat  (63330)     Mesures préventives contre l'épidémie de choléra.

Une épidémie de cholera morbus ayant touché les peuples voisins et atteint Paris, la Municipalité prend, sur la recommandation du Préfet, des mesures préventives de salubrité publique applicables dès le 16 avril : les habitants devront balayer et nettoyer les rues chaque mardi et samedi; les terreaux, pierres, bois, immondices et fumiers (même ceux de basse-cours) seront immédiatement enlevés et sortis du bourg; défense est faite aux teinturiers de laisser répandre les résidus de leurs couleurs et teintures; les bouchers ne devront plus répandre le sang ni les débrits hors de leur tuerie; les agriculteurs ne répandront plus de paille dans les rues ni dans les ruisseaux de Chanterane.

Texte déposé par Jacques Marchal avec l'aimable autorisation de M.Christian BERGER Président des A.C.P. (Association des Amis du Château de PIONSAT)
Tiré de "Notice statistique du canton de Pionsat" auteur anonyme
Ouvrage disponible auprès de l'association "Les amis du chateau de Pionsat" Mairie de Pionsat 63330 Pionsat



Sommaire      Autres départements

Pour déposer vos textes


© 01/07/1999 - MARCHAL Jacques
Faites-moi plaisir, copiez, copiez autant que vous le souhaitez, ce site est fait pour ça, pour que chacun vienne y puiser ce qui redonnera vie à ses ancêtres, juste une chose cependant, remerciez la personne qui a déposé le document.