MORBIHAN


1685    Gueltas paroisse de Noyal  56920

le 25 décembre, abjuration d'une enfant de 8 ans. ???

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Monique .
Lui écrire


1702    St-Jean-Brévelay  56660         un secret bien gardé.



bap Janne

L'an de grace 1702 le 22e jour de juillet dans l'église paroissialle
de saint Janbrevelay j'ay soubsigné mire francois marquarit prestre dud. Lieu
(en interligne) paroit estre née il y a quinze jours
baptisé une fille qui m'a esté présentée au porche de lad.
eglise par guillaume le methayer du bourg dud. St Jan et Janne
le Drach femme reguedo du village de --(laissé vide)--- auxquels ayant
demandé à qui appartenoit cet enfant et qui en estoit le père et
la mère m'ont ce qu'ils ont refusés de me declarer après plusieures
sommations verbales leurs faites, et s'estant mis en devoire de
remporter l'enfant i'ay creu qu'il estoit à propos de luy administrer
le baptesme avec les ceremonies ordinaires apres m'avoir dit qu'ils
auroient declarés à qui appartenoit l'enfant quand ils auroit esté requis
et absolument necessaire et qu'ils s'en chargoient pour en repondre au
besoin et en decharger la paroisse et les ay sommé d'en faire bonne
et leure garde pour le representer lorsque requis sera, on luy a
imposé le nom de Janne et ont estés parain et marainne lesds.
guillaume Le methayer et Janne le Drach, le tout de ce que dessus
fait en presence de pierre le mounier, pierre ???? et Jullien
Legouga?t et Jan Jahier tous du bourg dud. St Jan, tous lesquels
cy dessus m'ont déclarés ne scavoir signer. interligne paroit
estre née il y a quinze jours et, approuvés. Francois margarit


Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Guy Henrio.
Lui écrire


1712    Beignon  56380

24/11/1712 : Décès de Julien DOLO « de la paroisse de Guer trouvé mort et la tête écrasée sous sa charette sur le bord du grand chemin près le bois de Tenedo … ledit Dolo avoit vécu chretiennement en sa paroisse … ».

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Olivier Point.
Lui écrire Voir son site


1713    Beignon  56380

21/12/1713 : Décès de Jean HOULLIER, du bourg, âgé de 60 ans, « décédé … des coups mortles qu'il avoit receu dans la tête … ».

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Olivier Point.
Lui écrire Voir son site


1714    Beignon  56380

12/03/1714 : Le 12 mars 1714 décède « … une femme de Mortain par la connaissance que les lettres dont on l’a trouvée chargée en ont donnée, décédée depuis deux jours subitement auprès de la chapelle de la Villehel en cette paroisse sur un des chevaux du messager de Pontivy qui devoit la conduire en basse Bretagne chés le Sr recteur de Seglien nommé Gautier … ».

Décéder sur un cheval, voilà une mort peu commune ! En tout état de cause, le décès de cette femme nous apprend que le messager de Pontivy passait par Beignon, ce qui confirme le fait que ce village était un endroit de passage entre la France et la Bretagne.

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Olivier Point.
Lui écrire Voir son site




1715    Camoël  56130         Eclypse de soleil et mort de Louis 14 roy de France.

Le troisième jour de may mil sept cent quinze sur les neuf heures du matin, il y eut une eclypse de soleil qui parut extraiordinaire ce qui nous causa unne consternation universelle, tout l'horizon devint si obscur qu'on découvroit les estoilles sans aucunne peinne, on voyait a la faveur de la faible lumière que le soleil nous donnoit un air extremement confondu et troublé ; cet air devint tres froid, l'opposition de la lunne qui estoit dans son croissant, au soleil fut si directe quelle le «coincroit» presque tout par rapport a nous et l'ombre de chaque foeüille darbre paroissoit comme autant de croissants sur la terre, mais le tout d'unne manière fort obscure, cette eclypse dura pres d'unne heure, tout le mois fut tres froid quï ruina la meilleur partie des arbres, lannée fut pourtant assé fertile, le soleil de la France eclypsa dans la même annee par la mort de Loüis quatorze qui arriva le dimanche premier septembre a huit heures du matin estant agé de soixante et dix sept ans moins quatre jours, et de son reigne la soixante et treizieme annee, il esté soixante et cinqieme roy de France et le plus grand prince qui ait monté jusqu'alors sur le trône. Debeausoleil Rapion pbre recteur

Voir le parcours de l'éclipse.                


Texte extrait du registre BMS.
Document tiré de la revue Matragenea N°4 Mars 2001.

1715    Beignon  56380         Le Roi réforme les troupes.

Cela permet à deux soldats de milice originaires de Beignon de rentrer au pays : c'est d'abord Joseph MARCRAYS qui peut se marier le 12/01/1715 avec Anne DUJAN. Les bannies, dont la première avait été faite le 05 avril 1711, avaient été
« … interrompue(s) par le sort qui luy arriva en tirant au billet d'être et de marcher pour soldat de milice de cette paroisse huit jours après ladite bannie … ».

C'est ensuite Joseph DANION qui peut épouser le 3 septembre Renée BECEL. Les trois bans avaient été faits en 1711, mais la célébration du mariage
« … avoit été empêchée alors par le sort qui arriva audit Danion en tirant aux billets, d'être soldat de milice pour la paroisse, et l'obligea de marcher au service du Roy, où il avoit toujours été jusqu'à la réforme des troupes qu'on vient de faire … ».

Ces deux infortunés jeunes hommes ont donc dû patienter près de 4 ans avant de pouvoir s'unir à leur promise …

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Olivier Point.
Lui écrire Voir son site






1715    Locmalo  56160      La mariée n'avait que douze ans.

L'an de grace mil sept cent quinze le treiziême jour de fevrier ayant fait la publication des bans par trois dimanches consécutifs au prône des messes paroissiales, sçavoir la publication du premier ban le dimanche treizieme iour du mois de janvier, celle du second le dimanche vingtieme dudi mois, et celle du troisieme le dimanche vingt et septieme du même mois, ne s'y estant trouvé aucun empeschement, ie soussigné curé de Locmalo, ayant interrogé Louis Le Bellour laboureur âgé de vingt et sept ans, et Julienne Hervio âgée de douze ans dix mois, tous deux de cette paroisse, et ayant reçeu leur mutuel consentement les ay solennellement conioints en mariage par parole de present en presence de Jean Hervio pere de la fille, et en presence de Jean et Marc les Bellour, Vincent Pourchasse, Jean Lano l'ainé de cette paroisse, pris pour témoins, et ay ensuite célebré la sainte messe, en laquelle ie leur ay donné la bénédiction nuptiale selon les cérémonies de la saincte église.
Germain Calerne curé


Textes déposés par Bernard Montangon.
Lui écrire Voir son site


1720    Beignon  56380         bénédiction de la moyenne cloche de l'église de Beignon :

15/07/1720 :
« La moyenne cloche de l'eglise de Beignon ayant esté cassée on à esté obligé de la reffondre et apres avoir esté fondüe elle s'est trouvée du poids de huit à neuf cents livres et elle à esté beniste par nous doyen soussigné suivant la permission à nous accordée par monseigneur Vincent François Desmarais evesque et seigneur de Saint Malo baron de Beignon, dont le sceau de ses armes ont esté appozés sur led(ite) cloche le quinzieme jour de juillet 1720 ; et à esté nommé le meme jour par noble homme Allexandre Mercier sieur du Tuffay faisnat intendant pour mondit seigneur au chasteau de Saint Malo de Beignon parrain et demoiselle Jullienne Collin dame de la Rouarÿe marraine lesquels ont signés avec plusieurs autres soussignés, et ladite cloche a êté nommée Alexandrinne ».

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Olivier Point.
Lui écrire Voir son site


1722    Beignon  56380         Autopsie

22/04/1722 : Découverte d'un enfant « … mort dans l'ancienne niche de Sainte-Reine ayant été fait apporter par Mrs les officiers de la juridiction pour le faire visiter et ouvrir par les chirurgiens … ».

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Olivier Point.
Lui écrire Voir son site


1724    Beignon  56380

16/01/1724 :
Décès au bourg de Jean BOUGEAU dit Dubois, « … ledit Bougeau avoit fait naufrage près de La Rochelle dans le navire appelé La Daulonne appartenant à Mr de Monlaudouin marchand de Nantes … mort … d'hydropisie chez Me Jacques RAVET après trois semaines de maladie … a dit être de la ville de Corlaix en Quimper ».

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Olivier Point.
Lui écrire Voir son site


1724    Menéac  56490

Jan baptiste Madeleine, prestre grec de l'amorec, abbé de St Denis dans l'île de Strophade à célébré la Ste Messe en grec, à Ménéac assisté de r moytel recteur faisant office de diacre et X Ramel pour office de sous diacre. Qu'ont ils compris nos braves bretons ? il ne connaissait pas le latin, ce grec ???

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Monique .
Lui écrire


1739     Ménéac       et s'il n'avait pas été breton ????

un inconnu se prenommant jan et se disant breton à été inhumé...

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Monique .
Lui écrire




1754    Inguiniel  56240       Un homme à femmes !!!

François LE RAL est né vers 1670/1675, il eut 8 épouses :

1 : Inguiniel, le 22.02.1694, François à 19 ans il épouse Françoise LE CORRE Françoise (+13.03.1695)
(il y a cependant à la même époque un couple François LE RAL-Françoise PHILIPPE)
2 : Persquen, le 15.02.1706 avec PERROT Françoise (+17.04.1709 Inguiniel)
3 : Inguiniel, le 25.01.1710 avec Françoise SCOLAN (+11.06.1714 Inguiniel)
4 : Inguiniel, le 21.11.1714 avec Jeanne QUEMENER (+12.12.1732- 60 ans- Inguiniel)
5 : Lignol, le 16.02.1733 avec Joséphine LE CLEANFF (+27.03.1733 - 48 ans - Inguiniel)
6 : Lignol, le 20.05.1733 avec Perrine ROUSSEAU (+02.08.1742 - 60 ans - Inguiniel)
7 : Inguiniel, le 05.11.1742 avec Julienne LE COCQ (+ non trouvé mais lacunes en 1744)
8 : Inguiniel, le 13.02.1749 avec Jeanne LE CAER (+ ?) Lors de son 8ème dernier mariage il est âgé de 78 ans et veuf d’une 7ème épouse.

François LE RAL, mendiant, décède à l’âge de 84 ans le 26.12.1754 à Plouay.

Texte déposé par Laurence Le Troëdec.
Lui écrire


1756    Ménéac  56490       imaginez les souffrance messieurs, rien contre vous, les femmes savent.

Les membres d'un enfant anonyme qu'on nous a dit appartenir à ..., ayant été arrachés du ventre de sa mère, après avoir reçu le baptême, a été inhumé sous le chapiteau de cette église le 28/7/1756, en présence de Mathurin Guillaume, secrétin et Joseph Blouin
La mère est dcd 2 jours après,

Texte extrait du registre BMS .
Texte déposé par Monique .
Lui écrire


1759    Brignac  56430      Recteur ou agent du fisc...

Si le curé transmet les avis administratifs, les monitoires, les nouvelles paroissiales par le truchement de la messe dominicale, il n'inclut pas cette partie profane dans le prône, mais généralement il remonte en chair avant le dernier Evangile. Loin de se borner au rôle d'annonceur, il n'hésite pas à prendre ses gens à partie. Le recteur de Brignac, au diocèse de Saint-Malo, trahit des ingérences dans le domaine public au long de ses avis de 1759:

« 5 août 1759. – Ceux ou celles qui doivent pour le vingtième de 1758 sont avertis de payer incessament aux mains de Julien Sohier.»

« 12 août. – Le public est averti de payer la capitation de l'année présente aux mains d'André Aly ou de son fils Mathurin.»
« Louis Templier et Pierre Hervé, égailleurs* de la présente année, sont avertis de se retrouver dimanche prochain, sous le chapiteau de cette église, à 8 heures du matin pour mettre en ordre les fouages** de cette paroisse qui sont trop courts.»
« Le public est aussi averti de payer les vingtièmes et les 2 sous pour livre du Dixième aux mains de Mr Prèjan La Relle qui s'est chargé d'en tenir quitte le collecteur. J'ai engagé Mr Préjan La Relle à lever le Vingtième et autres droits pour éviter des frais à la paroisse, parce que j'espère que la paroisse le paiera exactement.»

*égayer : En termes de Jardinage, ôter les branches qui étouffent trop un arbre.(Dictionnaire de l'Académie française, édition 1762)
**affouage : Droit pour des communautés d'habitants de prendre du bois de chauffage dans une forêt usagère : ou inversement droit pour le seigneur de se faire allouer du bois de chauffage ou du bois pour chauffer le four banal dans une forêt appartenant aux habitants.(M.Marion. Dictionnaire des institutions de la France XVIIe-XVIIIe S. éd.Picard)


Source: LA vie quotidienne du clergé français au XVIIIe siècle B. Plongeron, éd. Hachette, 1988
d'après P.F Hacquet: Mémoire des missions des Monfortains dans l'Ouest, publ. par L.Pérouas, Fontenay-le-Comte, 1964

Texte déposé par Jacques Marchal
Lui écrire




1796    Baud  56150      Exactions des Chouans.

Le vingt-un floréal, an quatrieme de la République française, une et indivisible, a quatre heures après midi, le citoyen André Louis Hemono juge de paix du canton de Baud, m'ayant remis une expédition de la déclaration lui faite ce jour par les citoyens Claude, Jean Henrio et Sébastiene Le Louair portant que la nuit dernière vers neuf heures, les Chouans se sont porté sur le village de Keraudrono ou demeurent les déclarants susdits qu'ils se sont annoncés comme Républicains et ont à ce titre demendé l'ouverture de la maison de la dite Le Louair ou elle etoit avec son mari, Louis Henrio cultivateur agé de trente six ans; que les chouans se sont saisi de ce dernier, lui ont liées les mains deriere le dos et l'ont forcé de sortir de chez lui.
à l'instant et dans l'intention d'interceder pour le susdit le nommé Jean Le louair, fils de Jean Le Louair et D'isabelle Julé, agé de cinquante trois ans accourt, et est saisi lui même et garrote comme le premier. tous deux sont conduits à peu de distance de leur demeures et derriere la maison du citoyen Jean Henrio leur cousin, ils ont été trouvé ce matin percés de plusieurs coups de sabres ou bayonnettes au dos et dans différentes parties du corps, les têtes a demi détachées du tronc et ecrasées, soit à coup de pierres ou sous les pieds.
Moi officier public de la commune de Baud ai rapporté le présent acte de décès, les dits jours et an que dessus.

Source: BMS de la commune de Baud
Texte déposé par Marie-Jeanne Agier Martin
Lui écrire




1796    Baud  56150      Le corps d'une femme affreusement mutilé.

Le vingt huit germinal, an quatrième de la République française à une heure après-midi, devant moi officier public de la commune de Baud, a comparu le citoyen André Louis hemono juge de paix de ce canton qui m'ayant remis un extrait de son procès verbal qui constate que le dix huit du courant, il s'est transporté jusqu'au cimetière de cet endroit, ou il lui a été fait voir un cadavre féminin lequel lui a été dit être celui d'Anne Kerjouan epouse de Jerome Le Trebezec, agée de cinquante ans et sur lequel il a été trouvé une plaie triangulaire située à la partie supérieure du pericale gauche, une fracture compliquée à la pericale, une autre fracture à la partie moyenne inférieure du coronal du côté droit allant jusqu'à la fermeture sagittale avec beaucoup de grumeaux de la grosseur d'un oeuf et le nez sanguignolant, j'ai officier public, dressé le présent acte de décès

Source: BMS de la commune de Baud
Texte déposé par Marie-Jeanne Agier Martin
Lui écrire




1807    Josselin  56120      Si vous vous appelez Langlais, voici peut-être l'histoire de votre nom ?

L'an mil huit cent sept, le vingt septième jour de juin. Nous soussigné maire officier de l'état civil; sur la dénonciation qui nous a été faite qu'un enfant étoit exposé dans le chemin qui conduit de cette ville au village de Bellevue, déclarons nous être transporté sur le dit lieu ou s'étoient déja rendus différentes personnes attirées par la curiosité. Arrivé au champs nommé le Champ ou Cimetière des Anglais, nous avons effectivement trouvé un enfant placé dans la douve du chemin au haut du champ ci dessus, qui nous a paru âgé d'environ sept semaines ou deux mois, enveloppé de mauvais guippons de grosse toile, ayant un bonnet blanc très simple, sans aucune autre indice, ni marque, qui ait pu nous faire découvrir la mère de l'enfant : après avoir vérifié le sexe, nous avons reconnu que c'étoit un garçon, que nous avons de suite transporter à l'hopital de cette ville, en qualité d'enfant abandonné, pour être mis en nourice et élevé à la charge dudit hospice. Nous avons donné à cet enfant les prénoms et nom de Augustin-Marie Langlais.
Fait et constaté les dits jours et an, sous notre seing

Source: Etat civil de la commune de Josselin
Texte déposé par Francine Vincent
Lui écrire




Sommaire      Autre département

Pour déposer vos textes


© 01/07/1999 - MARCHAL Jacques
Faites-moi plaisir, copiez, copiez autant que vous le souhaitez, ce site est fait pour ça, pour que chacun vienne y puiser ce qui redonnera vie à ses ancêtres, juste une chose cependant, remerciez la personne qui a déposé le document.