HAUTE-LOIRE




1558    Haute-Loire   43000      "Une eftoile venue au ciel,ayant une longue queue...."

En cedict an 1558, fuft veue au ciel une eftoile traynant une longue queue comme une efpée. Le murmuroit fignifier guerre, pefte comme environ triys moys après feroit furvenu, avec naiffance d'enfans difformes ayany deux vifaiges, & plufieurs aultres fignes.

Source:Texte extrait des mémoires de Jean Burel : Journal d'un bourgeois du Puy à l'époque des guerres de religions.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1570    Haute-Loire   43000      Tremblement de terre.

     En ladicte année 1570, & le 15e jour du mys d'aouft, fefte de Noftre Dame, fuft faict audevant de l'efglife Sainct-Jehan de Jerufalem ung tramblement de terre fi terrible, que ung nommé Claude Rogoilh dict Chicot, bonetier, & aultre homme fe tinrent l'ung l'aultre pour peur de tumber; & le femblable en fuft faict en Auvergen ledict jour.

Source:Texte extrait des mémoires de Jean Burel : Journal d'un bourgeois du Puy à l'époque des guerres de religions.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1573    Haute-Loire   43000      "le plus terrible temps de froyt..."

1573, le jour de la tranflation fainct Pol, fuft faict le plus terrible temps de froyt, que l'on n'oufoit fortir des maifons, & ceulx qui fe trouvoient fur les champs mouroient, & en moururent beaucoup, & les mains leur tunboient & les piedz de mefmes.

Source:Texte extrait des mémoires de Jean Burel : Journal d'un bourgeois du Puy à l'époque des guerres de religions.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1577    Haute-Loire   43000      "au ciel une estoille traynant grand queue..."

     Et audid an 1577, environ la fefte Sainct-Michiel, fuft voue au ciel une estoille traynant grand queue, comme fi c'eftoit une branche d'arbre ou ung fagot, tellement que le monde murmuroit que c'eftoit quelque grand figne que Dieu nous envoyoit, parce que nous avyons la pefte continuellement, la famine, ne faifant aulcung traficq de marchandife ne aultres moiens pour vivre; car auffi pour le reguard de ladre pefte, incontinant que y avoit ung malade, on le fortoit de la maison [&] fayfoient conduire à Sainct-Sebaftien ou en de petites loges, & illecq eftoient panfés par ung cirurgien ès defpens de la ville que les confulz avoient faiit venir d'Avignon. Lefquelz confulz avoient commis quatre hommes à chafcune rue pour fe prendre garde fi y avoit des malades, pour les fère medicamenter ; dont pour Panaffac furent commis fires Jacques Geneflet, Jehan Bodon, Jehan Mege, Jacques Galand, lefquelz vac- ., quant à leur charge fayfoient leur rapport à maiftre Loys Guaffiot, cappitaine de la fanté, pour les guerir & pourvoir à leur necceffité. Et lefquelz confulz depputarent quatre hommes pour neétoier les inmundices de la ville ès defpens de ladre ville. Comme auffi fuft nommé pour chaffe-coquin George Courfelet pour fe prendre garde des pouvres venans dehors la ville & voulant entrer dans la ville par force, eftant la ville fi defolée que l'on ne trouvoit prefque perfonne par la ville , eftant conduyte par fires Jehan Vigoroux [dia] Co-langes & Claude Farnier, confulz en ladiEte année, qui fe emploiarent de leur pouvoir au folaigement des pouvres habitans de ladre ville.

Source:Texte extrait des mémoires de Jean Burel : Journal d'un bourgeois du Puy à l'époque des guerres de religions.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1605    Haute-Loire   43000      "ung eclipce où il devint fort noir..."

     Le 1er du moys d'oaobre audits an, ly heurt ung eclipce où il devint fort noir, comme s'il heurt vollu dire nuict, & dura d'une heure après midy jusques à deux, que les armanas difoyent que cella nous prezagoyt ung grand mal & la mort d'ung grand prinfe, choie qu'a eflé fort veritable en la perfonne de noftre roy que mourut bientoft après, comme vous ouyrès. On difoift auffy que prezajoid grand guerre, perte, famine & grand mortalité. Je prie Dieu que nous doint ce cognoyt nous eftre propre & neceffaire pour le fallut de nous ames; difons Amen. I1 fia après fy grande fechereffe que tout le monde s'en eflonnoyt, car nous ne humes aulcugne pluye de tout le moys d'aouft, de feptambre, octobre, jufques à la faina Martin d'iver. Grand eflonnement, je vous affure, car l'on ne povoyt ferrer les terres, mays néantmoingtz la providance de Dieu eft grande, car il fufl pas moingtz bonne année de bled.
     Que le feu fe mift à la maifon de Mathieu Peliffier dit Soupète, en Raphael, les 8e du moys d'oaobre, & brufla le dernier de lads&e maifon qu'efloid toute neupve.

Source:Texte extrait des mémoires de Jean Burel : Journal d'un bourgeois du Puy à l'époque des guerres de religions.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     


1709    Saint-Vénérand  43580     Les corbeaux faisaient mourir les cochons...

"...Les corbeaux faisoient mourir les cochons en les becquetant pour s'en nourir".

Source: GÉ Magazine n°237 mai 2004 page 19.







1714    Les Estables   43150        Après le fonte des neiges.

Je soussigné curé des estables certiffie comme Jean Vahinon des Estables fils a feux Antoine Vahinon mourut du mauvais tems lan mil sept cent treize et a ete trouvé après paques mil sept cent quatorze.

Source: Registre paroissial.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1721    Saint-Front   43550        La mission de 1721.

L'an 1721 et le dixième jour de novembre un lundi, fete de St Georges Patron de ??? fut faite la cloture de la mission qui avait commencé un lundi fete de St Michel Archange vineuvieme septembre et dura pendant sept semaines par les Révérants Pères Capucins Alexis Ponal du Puy, Paul Molinier d'Issangeaux et Laurent Redond de Montusclat avec un concours extraordinaire et un très grand ???? pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Source: Registre paroissial.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1728    Saint-Front   43370        La mission de 1728.

L'an mil sept cent vingt huict et le onzieme novembre deux reverents pères de la compagnie de jésus, scavoir le R.P. estieu et le R.p pons firent la cloture d'une très salutaire mission commencée le premier dimanche d'octobre et planterent la croix au coin vis a vis la maison vicariale. Le succès de leurs travaux fut tres avantageux à la gloire de dieu et pour le salut des ames de cette parrs et des parroisses voisines.

Source: Registre paroissial.
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1731    Solignac-sur-Loire   43370      "La foudre mit en pièces la figure de l'archange St Michel"

le second aout mil sept cent trente et un, entre onze heures et minuit, la foudre tomba au clocher de l'église de Solignac, elle abbatit et mit en pieces la figure de l'archange St Michel qui était sur la pointe du clocher, elle était de pierre et fort artistement travaillée et avait environ trois pieds de hauteur, ensuite elle tua un des sonneurs nommé Pierre ROQUE du Rouvy de Solignac agé d'environ trente cinq ans et en blessa trois des autres assés legerement pourtant, de la elle entra dans l'église par les trous des cordes des cloches, fendit en deux la tête d'une figure très belle de la ste vierge placée sur l'autel d'une chapelle dédiée à son honneur qui est du coté de l'Evangile à laquelle chappelle on monte par un degré de 9 ou 10 marches, après quoy elle sortit de l'église par une petite fenetre de la chapelle de ... les penitans dont on trouva la vitre brisée.

Source: Dans les actes de 1731. Alain LAGUET
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     




1739    Solignac   43370        Tout le canton était là !

Le vingt deuxième février mil sept cent trente neuf second dimanche de carême a été bénie la croix de pierre du mileu du cimetière elle a environ quinze pieds de haut sans comprendre le siège elle a été tirée de la carrière de Blavozy et a .. portée au Puy 24 ?? elle a couté pour les travailleurs vingt livres le fer ou le travail plomb chaux plâtre et autres matériaux seize livres le tout revient à la somme de soixante livres elle fut plantée le quatorzième de février et bénie le 22ème dudit mois 1739 par le RP Estieu jesuite qui avait fait mission avec le RP Pons aussy jésuite le temps etait fort serein et doux les chemins fort secs de sorte qu'à la procession qui se fit avant la benediction de la croix il y avait un monde infini que cette cérémonie y avait attiré non seulement de la paroisse mais encore de toutes les paroisses circonvoisines.

Source: Registre paroissial. Texte relevé par Daniel SABOT
Reproduction autorisée par GÉNÉAL43

Écrire Voir le site     


Sommaire      Autre département

Pour déposer vos textes


© 01/07/1999 - MARCHAL Jacques
Faites-moi plaisir, copiez, copiez autant que vous le souhaitez, ce site est fait pour ça, pour que chacun vienne y puiser ce qui redonnera vie à ses ancêtres, juste une chose cependant, remerciez la personne qui a déposé le document.